Histoire de la chimie :
Niels Bohr, Moseley et Soddy


1-Histoire de la chimie
2-L'antiquité
3-L'alchimie
4-XVII e siècle
5-Le phlogistique
6-Volta
7-Lavoisier
8-XIXe siècle
9-Dalton
10-Berzelius
11-Davy
12-Gay-Lussac
13-Woler
14-Mi-1800
15- Perkin
16-Mendeleiev
17-Gibbs
18- Fin du XIXe siècle
19- Ramsey
20 Curie
21-Rutherford
22-XXe siècle
23- Bohr
24-Lewis
25-Mécanique quantique
26- Schrodinger
27- Biologie

Retour index

En 1913, Niels Bohr (1885-1962), physicien danois, adapte les concepts de la mécanique quantique à la structure atomique en proposant ce qui est maintenant connu comme le modèle de Bohr de l'atome, où les électrons existent seulement dans des orbites circulaires strictement définies autour du noyau. Le modèle de Bohr est un modèle planétaire dans lequel les électrons chargés négativement orbitent autour d'un petit noyau chargé positivement semblable aux planètes en orbite autour du Soleil. Dans le modèle de Bohr, cependant, les électrons tournent autour du noyau dans des orbites qui ont une taille et une énergie définies - les niveaux d'énergie sont dits être quantifiées, ce qui signifie que seules certaines orbites sont autorisées.  L'énergie de l'orbite est liée à sa taille ce qui signifie que l’énergie la plus faible se trouve dans la plus petite orbite. Bohr émet également l'hypothèse que le rayonnement électromagnétique est absorbé ou émis lorsqu'un électron se déplace d'une orbite à l'autre. Vu que seules certaines orbites  sont autorisées, l'émission de lumière accompagnant le saut d'un électron d'un état d'énergie excité à l'état fondamental produit un spectre d'émission unique pour chaque élément.

Niels Bohr a également travaillé sur le principe de complémentarité, qui stipule qu'un objet peut être interprété de deux manières mutuellement exclusives et valides. Les électrons peuvent être interprétés comme des ondes ou comme des particules. Son hypothèse était qu'une particule entrante frapperait le noyau et créerait un noyau composé excité. Ceci a formé la base de son modèle de la goutte de liquide qui plus tard a fourni une base théorique à l'explication de la fission nucléaire.

En 1913, Henry Moseley (1887-1915), travaillant  sur une idée de Van den Broek, introduisit le concept de numéro atomique pour corriger les insuffisances du tableau périodique de Mendeleïev, qui avait été basée sur le poids atomique. Le pic de la carrière de Frederick Soddy en radio-chimie fut en 1913 avec sa découverte des isotopes  et on lui doit la découverte en 1917 du protactinium.

 

En 1913, JJ Thomson élargit les travaux de Wien en montrant que les particules subatomiques chargées peuvent  être séparées par leur rapport masse-charge, une technique connue comme spectrométrie de masse.

Suite : Lewis