Histoire de la chimie :

Fin du 19e siècle


 

1-Histoire de la chimie
2-L'antiquité
3-L'alchimie
4-XVII e siècle
5-Le phlogistique
6-Volta
7-Lavoisier
8-XIXe siècle
9-Dalton
10-Berzelius
11-Davy
12-Gay-Lussac
13-Woler
14-Mi-1800
15- Perkin
16-Mendeleiev
17-Gibbs
18- Fin du XIXe siècle
19- Ramsey
20 Curie
21-Rutherford
22-XXe siècle
23- Bohr
24-Lewis
25-Mécanique quantique
26- Schrodinger
27- Biologie

Retour index

L'invention de l'ingénieur allemand Carl von Linde(1842-1934) d'un processus continu de liquéfaction des gaz en grande quantité forma une base pour la technologie moderne de réfrigération et fournit à la fois la dynamique et les moyens pour mener des recherches scientifiques à des températures basses et des vides très élevés. Il mit au point un réfrigérateur à l'éther de méthyle (1874) et un autre à l’ammoniac (1876). Bien que d'autres unités de réfrigération aient été développées plus tôt, Linde est le premier à les avoir conçues avec l’aide de calculs précis. En 1895, il  mit en place une usine à grande échelle pour la production de l'air liquide. Six ans plus tard, il  développa une méthode pour séparer l'oxygène liquide pur à partir de l'air liquide qui aboutit à la conversion industrielle généralisée des procédés utilisant de l'oxygène (par exemple, dans la fabrication de l'acier).

En 1883, Svante Arrhenius (1859-1927) développa une théorie d'ions pour expliquer la conductivité dans les électrolytes. En 1884, Jacobus Henricus van 't Hoff publia Studies in Dynamics Chemistry (études en chimie dynamique), une étude qui fit école en cinétique chimique. Dans ce travail, van 't Hoff entra pour la première fois dans le domaine de la chimie physique.  Son développement de la relation thermodynamique générale entre la chaleur de conversion et le déplacement de l'équilibre en raison de la variation de température est d’une grande importance. À volume constant, l'équilibre dans un système aura tendance à se déplacer dans une direction qui s’oppose à la variation de température qui est imposée au système. Ainsi, un  abaissement de la température provoque un dégagement de chaleur et son augmentation l'absorption de chaleur. Ce principe d'équilibre mobile a été par la suite (1885)  mis sous une forme générale par Henry Louis Le Chatelier(1850-1936), qui a étendu le principe en y incluant le changement de volume et de pression. Le principe de  van 't Hoff-Le Chatelier, ou tout simplement le principe de Le Chatelier, explique la réponse des équilibres chimiques dynamiques à des contraintes externes.

En 1884, Hermann Emil Fischer(1852-1919) proposa la structure de la purine, une structure clé pour  de nombreuses biomolécules et l’a ensuite synthétisée en 1898. Il travailla également sur la chimie du glucose et des sucres apparentés.  

En 1885, Eugene Goldstein (1850-1930) décrivit les rayons cathodiques, découverts par la suite comme étant composés d'électrons et les rayons canaux, découverts par la suite comme étant  des ions hydrogène positifs ; ils seront plus tard appelés protons.  L'année 1885 a également vu la publication de J.H. van 't Hoff “L'Équilibre chimique dans les Systèmes gazeux ou dissous à I'État dilué” , qui traite de la théorie des solutions diluées. Ici, il  démontra que la « pression osmotique " dans les solutions suffisamment diluées est proportionnelle à la concentration et à la température absolue de telle sorte que cette pression puisse être représentée par une formule qui ne diffère de la formule de la pression du gaz que par un coefficient i. Il a également déterminé la valeur de i par divers procédés, par exemple au moyen de la pression de vapeur et des résultats de François-Marie Raoult (1830-1930) sur l'abaissement du point de congélation. Ainsi van 't Hoff fut en mesure de prouver que les lois thermodynamiques ne sont pas seulement valables pour les gaz, mais aussi pour les solutions diluées. Ses lois sur la pression, validées par la théorie de la dissociation électrolytique de Arrhenius (1884-1887) sont considérées comme les plus complètes et importantes dans le domaine des sciences naturelles.

En 1893, Alfred Werner découvre la structure octaédrique des complexes de cobalt, créant ainsi la chimie de coordination.