Un peu de chimie

Loi zéro de la thermodynamique

Retour ::Chimie physique

 

  1.  La loi zéro de la thermodynamique peut être formulée de la manière suivante:

    "Si deux systèmes sont tous les deux en équilibre thermique avec un troisième alors ils sont  en équilibre thermique l'un avec l'autre".
     
  2. La loi est destinée à permettre l'existence d'un paramètre empirique, la température, comme une propriété d'un système tel que les systèmes en équilibre thermique l'un avec l'autre ont la même température.
  3. La loi comme indiquée ici permet l'utilisation d'un corps physique particulier, par exemple une masse de gaz, pour vérifier les températures d'autres corps, mais ne démontre pas que la température est une quantité qui peut être mesuré sur une échelle de nombres réels.
  4. Bien que cette version de la loi est l'une des plus souvent énoncée, il n'en est qu'un qui soit considéré comme loi zéro par les savants. Certains énoncés  vont plus loin de manière à justifier le fait physique important que la température est unidimensionnel, que l'on peut conceptuellement organiser des corps dans l'ordre de nombre réel de froid à chaud.  Peut-être  n'existe-t-il pas le meilleur énoncé de la loi zéro,  car il y a dans la littérature une gamme de formulations des principes de la thermodynamique, chacune considérée comme étant la plus appropriée...
  5. Bien que ces concepts de température et d'équilibre thermique soient fondamentaux en thermodynamique et ont été clairement énoncés au dix-neuvième siècle, l'importance de la loi ci-dessus n'a pas été sentie jusqu'à ce que Fowler et Guggenheim l'aient explicitée dans les années 1930, longtemps après que la première, seconde et la troisième loi n'aient été déjà largement comprises et acceptées. C'est pour cela qu'elle fut appelée loi zéro. L'importance de la loi comme une base pour les autres lois,  est qu'elle permet la définition de la température d'une manière non-circulaire sans référence à l'entropie, la variable conjugué. Une telle définition de la température est dit  «empirique».