Un peu de chimie

 Les éléments

  (retour liste des éléments)

 

 

85 - Astate

 

  • L'astate est un élément chimique radioactif de symbole At et de numéro atomique 85.
  • C'est l'élément naturel le plus rare sur la croûte terrestre.
  • Il apparaît sur Terre comme produit de désintégration de divers  plus lourds.
  • Tous ses isotopes sont de courte durée; le plus stable est l'astate-210, avec une demi-vie de 8,1 heures.
  • L'astate élémentaire n'a jamaisété observé car tout échantillon macroscopique serait immédiatement vaporisé par son propre chauffage radioactif.
  • Il reste à déterminer si cela pourrait être surmontée par un refroidissement suffisant.
  • Les propriétés  de l'astate ne sont pas connues avec certitude. Beaucoup d'entre elles ont été estimés sur la base de sa position dans la table périodique comme un analogue plus lourd de l'iode, et un membre des halogènes - le groupe d' comprenant le fluor, le chlore, le brome et l'iode.
  • Il a probablement une apparence sombre ou brillante et peut être un semi-conducteur ou éventuellement un métal; il a probablement un point de fusion plus élevé que celui de l'iode.
  • Chimiquement, plusieurs espèces anioniques d'astate sont connues et la plupart de ses composés ressemblent à ceux de l'iode. Il montre également un certain comportement métallique, notamment en étant capable de former un cation monoatomique stable en solution aqueuse (contrairement aux halogènes plus légers).
  • Dale R. Corson, Kenneth Ross MacKenzie, et Emilio G. Segrè ont synthétisé l'astate à l'Université de Californie, Berkeley en 1940, en le nommant d'après l'astatos grec (ἄστατος), "instable".
  • Quatre isotopes de l'astate ont ensuite été trouvés dans la nature, bien qu'il soit le moins abondant de tous les  naturels, avec beaucoup moins d'un gramme présent à un moment donnédans la croûte terrestre.
  • Ni l'isotope le plus stable, l'astate-210, ni l'astate-211, médicalement utile, ne sont naturellement présents. Ils ne peuvent être produits que de manière synthétique, habituellement en bombardant le bismuth 209 avec des particules alpha.